GLOSSAIRE
Aveu L'aveu est un document écrit que doit établir et faire valider un vassal lorsqu'il entre en possession d'un fief, et qui décrit précisément ce fief. Le dénombrement qui l'accompagne décrit de façon détaillée tous les biens et droits qui composent le fief. 
Cartulaire Un cartulaire (du latin charta, « papier ») est «un recueil de copies de ses propres documents établi par une personne physique ou morale, qui, dans un volume ou plus rarement dans un rouleau, transcrit ou fait transcrire intégralement ou parfois en extraits, des titres relatifs à ses biens et à ses droits et des documents concernant son histoire ou son administration, pour en assurer la conservation et en faciliter la consultation ». Les cartulaires qui nous évoquons ici proviennent d'abbayes ou de cathédrales. 
Cens Redevance annuelle fixe, dont le montant ne varie généralement pas, qui est dûe au bénéficiare (en général le seigneur) par celui qui possède ou exploite la terre concernée. Lorsqu'un propriétaire donne sa terre à bail à un fermier, c'est à ce dernier de payer le cens. Le cens est un impôt local, contrepartie de la prestation de justice et de sécurité que le seigneur doit assurer aux habitants. C'est le revenu noble typique, et le plus symbolique.  
Censive Terre cultivable ou autre propriété foncière soumise au cens. Par extension, la censive d'un seigneur est l'ensemble du territoire sur lequel il perçoit ses drois féodaux. 
Ceinture Voir Litre
Champart Part de la récolte prélevée sur place (gerbes par exemple) au profit du bénéficiaire (seigneur, abbaye, etc.). Source de nombreuses récriminations, en particulier puisque la récolte ne peut être mise à l'abri tant que le champartier n'est pas intervenu 
Chapitre Le chapitre est un collège de religieux (parfois laïcs) appelés chanoines, attachés à une cathédrale (ou à une collégiale). La fonction du chapitre est d'assurer le fonctionnement de la cathédrale et de la liturgie. Le chapitre dispose de ressources finacières reposant sur les bénéfices qu'apportent les terres ou seigneuries qu'il détient, dont une part est versée aux chanoines à titre de prébendes.  
Chasement L'acte de chasement consiste, pour un grand seigneur, à attribuer un fief, à titre de reconnaissance, à quelqu'un qui lui a rendu des services signalés. Par exemple, un militaire méritant peut être chasé sur un fief à titre de récompense. 
Chevecier, chevessier Ecclésiastique chargé de l'entretien due église, de son luminaire, de ses meubles et de la garde de son trésor et objets précieux. 
Dîme Impôt créé à l'époque carolingienne pour l'entretien des prêtres et curés (clergé séculier) ; il y avait des grandes, moyennes (ou vertes) et menues dîmes, selon le type de revenu taxé (blés, laine, vin, coupes de bois, couvées,etc.).On écrivait souvent "dixme" car, au départ, le taux était de 10 % (il a souvent baissé ensuite). Les dîmes et surtout les grandes dîmes, sur les récoltes, faciles à percevoir) ont souvent été détournées au profit de seigneurs laïques ou de monastères. En ce cas, les curés n'avaient plus qu'à surveiller les couvées, les tontes de laine, etc. 
Dîme inféodée Une dîme inféodée est une dîme considérée comme un fief, qui donne donc lieu, lorsqu'elle est concédée à déclaration de foi et hommage et aveu de la part du bénéficiaire. De nombreux seigneurs laïques avaient mis la main sur de telles dîmes en contrepartie du financement de la construction et entretien d'églises, dont ils se déclaraient "fondateurs et patrons". Mais il en existait d'autres formes, y compris découlant d'usurpations manifestes au détriment de l'église. Celui qui devait payer la dîme inféodée ne payait pas la dîme dûe à l'église. Le concile de Latran, en 1179, a mis fin à la création de nouvelles dîmes inféodées, sans mettre fin à celles qui existaient auparavant et qui ont continué à se transmettre. Lorsqu'une telle dîme était donnée à titre personnel à un curé, roturier, celui-ci devait payer un droit de rachat, ainsi que chacun de ses successeurs. Au 16ème et 17ème siècles, l'Eglise fit pression pour mettre fin à la possession de telles dîmes par les seigneurs laïques, et pour assurer des revenus minimaux aux curés (portion congrue). 
Dominus Ce mot latin désigne le propriétaire et maître d'un domaine, à l'époque gallo-romaine comme à l'époque carolingienne. 
Droit de levage Droit seigneurial payé sur les biens meubles qui sont transportés hors du fief. 
Droit de mets Si le droit de cuissage est certainement une légende, le droit de mets est une réalité : lors de son mariage, le marié doit offrir des mets (aliments) au seigneur. En général, une épaule de mouton et du vin. 
Droit de persage Droit seigneurial payé lors de la mise en perce d'une pièce de vin. 
Droit de rouage Droit seigneurial payé sur chaque pièce de vin que l'on veut transporter ailleurs pour la vendre. 
Ecuyer L’écuyer (mot dérivé du latin scutum « écu ») était, à l'origine, un gentilhomme servant un chevalier et portant son écu. L'écuyer a souvent été un jeune homme destiné à devenir chevalier par adoubement. Le terme a ensuite désigné le rang accordé à un noble non armé chevalier. Les titres d'écuyer ou de chevalier n'étaient pas des titres de noblesse (comme baron, comte, duc, etc) mais la marque de la noblesse. La plupart des petits seigneurs ruraux nobles étaient écuyers, plus rarement chevaliers (être adoubé chevalier coûtait cher, en particulier en équipement).  
Fief Avantage accordée par un seigneur à son vassal contre foi et hommage (fidelité et service, comme on dit : je suis votre homme).Le fief est souvent un territoire (seigneurie), mais peut être une autre source de revenus (fief-rente, dîme inféodée). 
Foi et hommage Rite d'entrée en vassalité. Le vassal s'agenouille devant son seigneur, place ses mains dans les siennes, et lui assure qu'il lui donne sa foi (fidélité) et son hommage (c'est-à-dire qu'il est désormais "son homme", c'est-à-dire à son service). 
Lares Chez les romains, les lares étaient des divinités attachées à un lieu (maison, jardin, champ, carrefour), et qui étaient censés les protéger.
Litre (ou ceinture funèbre) Ornementation appposée sur les murs d'une église lors d'un décès. Le droit de litre était un droit seigneurial accordé à un seigneur fondateur et patron d'une église, et à ses successeurs. La litre, bande de couleur noire, était peinte (ou parfois seulement en tissu), et pouvait comporter les armoiries du défunt.

Manse La définition la plus usuelle du manse est celle d'une exploitation familiale, avec habitation et dépendances agricoles, d'une surface suffisante à l'entretien d'une famille. Le manse était confié à un paysan (libre ou non) en échange de prestations de service ou d'une redevance. Les spécialistes s'affrontent toutefois sur cette définition en raison de l'existance de différents types de manses.  
Mouvance Un fief est dit dans la mouvance d'un autre quand le seigneur du premier est vassal du seigneur du second. 
Néolithique Le Néolithique est une période de la Préhistoire à laquelle les groupes humains sont passés d'un mode de subsistance fondé sur la chasse et la cueillette à un mode fondé sur l'agriculture et l'élevage, et impliquant le plus souvent la sédentarisation. 
Oppidum Un oppidum était, dans le langage des romains, une ville ou une aire fortifiée propre à la civilisation celtique, notamment en Gaule. un oppidum est en général situé sur une hauteur, entouré de palissades,protégeant ainsi ses habitants des attaques éventuelles. 
Pagus Le mot latin pagus (au pluriel pagi), qui a donné « pays », désignait à l'époque carolingienne une subdivision territoriale (proche du canton d'aujourd'hui) relevant d'une région plus vaste appelée un comté. 
Penates Chez les romains, les pénates étaient des divinités qui, collectivement, garantissaient sa subsistance à une famille. Ils étaient les dieux du foyer domestique, veillant sur le feu qui sert à faire la cuisine. Ils sont attachés en propre à la famille, et la suivaient en cas de déméngement. On tansportait ses pénates avec soi. 
Période carolingienne La période carolingienne correspond au règne d'une dynastie de rois francs en Europe occidentale de 751 jusqu'au Xe siècle. Le terme carolingien est dérivé de Carolus, qui est à la fois le prénom latinisé de Charles Martel (690-741), l'aïeul de cette dynastie, et celui de son petit-fils, Charlemagne (742?-814), le plus connu de cette lignée. Le dernier des carolingiens, Louis V, est mort au bout d'un an de règne en 987.  
Polyptique Voir Pouillé 
Pouillé Registre décrivant dénombrement de tous les sources de revenus ecclésiastiques dans un domaine géographique donné. il y a par exemple plusieurs pouillés connuis du diocèse de Chartres.  
Prébende Part des revenus d'un chapitre attribuée à un chanoine. L'importance de la prébende dépend de la charge attribuée au chanoine. 
Prêtrière Ce terme juridique désigne un ensemble de terres ou de seigneuries appartenant à un chapitre, dont le bénéfice est réservé à un chanoine à titre de prébende. 
Seigneurie Une seigneurie est un territoire sur lequel un individu possède des droits, sans être nécessairement propriétaire de l'intégralité des terres. Le seigneur, qui possède souvent en propre une demeure et quelques terres, dispose de droits seigneuriaux sur les habitants, qui lui procurent des revenus : cens, champart, usage obligatoire et payant du four ou du moulin banal, justice qui rapporte des amendes ou desbiens confisqués, etc. 
Terrier En droit féodal, un terrier ou livre terrier est un registre où sont consignés l'étendue et les revenus des terres relevant d'un ou de plusieurs fiefs appartenant à un seigneur. 
Vassal On appelle vassal celui qui a prêté foi et hommage à un seigneur et qui lui doit service et fidélité en contrepartie de la concession d'un fief.